Accueil Accueil MOT DU MOIS DE JUILLET 2020

MOT DU MOIS DE JUILLET 2020

31
0

Gardiens de la fragilité

En écho à la dimension sociale de l’évangélisation décrite par le Pape François dans l’Exhortation Apostolique Evangelii Gaudium, nous voudrions nous arrêter à la dimension de la fragilité du monde dans lequel nous vivons. Tout, à l’heure où nous vivons, et au regard de la pandémie, nous invite à une grande conscience de notre vulnérabilité et à prendre soin de la fragilité. Citoyen de l’universel et chrétien en particulier, le combat pour la dignité humaine nous revendique. Ce combat nous engage aux côtés de chaque personne en commençant par les plus petits en qui le Seigneur s’identifie : « chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces petits qui sont mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait »[1]. Dans ce sens, considérant les vulnérabilités humaines exacerbées par la pandémie de la COVID 19, il nous faut, comme y invite le pape François : « prêter attention aux nouvelles formes de pauvreté et de fragilité dans lesquelles nous sommes appelés à reconnaître le Christ souffrant »[2].

Il s’agit au nom d’une saine humanité et au nom de la foi vécue en vérité, de ne rien mépriser de tout ce qui touche au frère humain. Nous aurons appris par les semaines de confinement que la vie tient dans ce « je suis, parce que les autres sont », pour paraphraser un principe de la charte de Mandé (1222). La nécessité de ménager l’espace, de ne pas l’occuper tout seul ; l’importance de la distanciation se comprennent à cette aune. Diverses questions sociales sont à lire dans cette optique de l’attention à la fragilité pour exprimer au mieux notre humanité qui ne tient authentiquement que dans la présence à tous ces nouveaux lieux où la solidarité humaine doit être agissante.

Faire en sorte que jamais les intérêts économiques ne se placent pas au-dessus de la valeur de la personne, voilà le grand challenge de notre temps. La gestion de la création entière est à revisiter sous cet angle de l’attention à la sauvegarde de notre humanité. Importeront alors pour nous, la nature et les personnes dans leurs conditions de vie. Nous apprendrions ainsi par cette attention à la fragilité, à agir en de véritables gardiens de la fragilité dans l’exercice de la solidarité qui exprime combien tout est lié.

Père Colbert GOUDJINOU

                                                           Directeur de l’IAJP/CO

[1] Mathieu 25, 40.

[2] FRANCOIS, Exhortation Apostolique Evangelii Gaudium, n° 210.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici